HIV+ people who have never taken AIDS drugs, or have stopped taking them.
Random header image... Refresh for more!

Jonathan Beaulieu

August 2015

Translation by Martin Barnes

Hello !

I am gay, and I tested HIV-positive in 2004. At the time I was using large quantities of poppers, as well as other recreational drugs, not to mention that being totally promiscuous, I was repeatedly exposed to STDs, and the antibiotic treatments that come with this. My HIV-positive test result was preceded by a series of vaccinations, including hepatitis B, which was the last straw, so no surprise here. I was put on treatment in 2009 when I contracted pneumonia (a condition which is automatically called PCP when one is HIV-positive) that was obviously actually caused by an influenza vaccination.

It was not until 2012 that I discovered the existence of AIDS dissent, and only in 2015 that I decided, in order to be consistent, to phase out (to avoid cold turkey effects) my triple therapy drug treatment, as I was no longer able to swallow those poisons every day. It was mainly from reading the stories of friends who were still perfectly healthy after stopping their treatment, that gave me the courage to take the plunge and try it in the greatest secrecy.

I had begun to experience side effects: recurring headaches, tiredness after meals and disturbed sleep. So, with all the research I had done for 3 years, I did not want to wait until it was too late and my organs, one by one, stopped working. About seven weeks after having gradually stopped taking ARV drugs I started to feel a boost of energy on the days that I did not take them. In early September of 2015 it will already be a month since I stopped everything, and I have not felt so good in years. My sleep has greatly improved. Five hours a night is more than enough now. My headaches have completely disappeared, my great weariness has also virtually disappeared, I am overflowing with energy from morning to night. Of course to get to this place, I had to, before stopping treatment, completely change my lifestyle and my diet. I had already started that in 2008. Without that, I would not recommend that anyone try this experiment, as it would serve no purpose, and it could even be dangerous. Unfortunately, many people prefer to continue taking their medication rather than making the effort to change their unhealthy lifestyle.

With this story, I became an active dissident, and my greatest wish now is to share the truth about the HIV/AIDS hoax with as many people as possible, especially gay men who, along with drug addicts, are most involved  in this scam. That’s why I had the idea of ​​creating a French FB page to try to gather stories from HIV-positive people being alive and well without treatment, and in the same time infiltrate gay dating sites to share links from the dissident file that I created, summarizing three years of my research. The goal is to make them think instead of believing everything the media and doctors tell them. In just one week, I have already sent them nearly twenty copies of my AIDS dissident file. If you want to join me, mainly from the English-speaking area (English being a language that I unfortunately have not mastered well enough to speak on such a site), you’re quite welcome. We must bring truth where people which are the most concerned by this hoax are to be found, and these internet sites are just like some virtual bathhouses, the right meeting places to find HIV-positive and most at risk people.

If you speak French, join his Facebook group Serodissidence.

Original French/Francaise

Bonjour !

Je suis gay, et j’ai été déclaré séro+ en 2004, j’utilisais à l’époque en grande quantité des poppers, et d’autres drogues récréatives, sans compter que je vivais dans la totale promiscuité avec les mts et les traitements aux antibiotiques à répétitions qui vient avec. Ce diagnostique avait été précédé d’une coupe de vaccins, dont celui de l’hépatite B, qui à du être la goutte de trop qui a fait débordé le vase, donc pas de surprise ici…On m’a mis sur les traitement en 2009 suite à une pneumonie (qu’on nomme automatiquement pneumocystose quand on est séro+ ), de toute évidence causé par un vaccin grippal.

C’est en 2012 que je découvrais la dissidence, et ce n’est que 3 ans plus tard, tout récemment au début de l’été, que j’ai décidé pour être cohérent, d’arrêter progressivement (afin d’éviter les effets de sevrage) ma trithérapie n’en pouvant plus d’avaler ces poisons à tous les jours. C’est principalement à la lecture de témoignages d’amis toujours en parfaite santé qui les ont arrêté, qui m’a donné le courage de faire le grand saut et de tenter l’expérience dans le plus grand secret.

Je commençais à ressentir des effets secondaires : maux de tête récurant, grande fatigue après les repas, sommeil perturbé…et avec toutes les recherches que j’avais effectué depuis 3 ans, je ne voulais pas attendre qu’il soit trop tard et que mes organes me lâchent un par un. Mon arrêt progressif à durée environ 7 semaines, je ressentais déjà un regain d’énergie les journées que je ne les prenais pas. Ça va faire bientôt 1 mois au début de septembre que j’ai tout cessé, et je ne m’est jamais senti aussi bien depuis des années. Mon sommeil c’est grandement amélioré, je ne dort que 5 heures par nuit et c’est amplement suffisant, mes maux de tête sont complètement disparût, mes grandes fatigue aussi ont pratiquement disparut, je suis débordant d’énergie du matin au soir. Bien sur pour en arriver là, avant d’arrêter tout les traitements, il a fallu que je change totalement mon mode de vie et mon alimentation. Ce que j’avais fait depuis déjà 2008. Sinon je ne recommande à personne de tenter cette expérience, ça ne servirait à rien, et ça pourrait même être dangereux. Beaucoup malheureusement préfèrent continuer de prendre leur médication plutôt que de faire l’effort de changer leur style de vie malsain.

Avec toute cette histoire, je suis devenu un dissident pro-actif, et mon plus grand souhait maintenant serait de faire connaitre la vérité au sujet du sida à un maximum de gens, principalement aux gays, qui sont les plus concernés avec les toxicomanes par cette arnaque. C’est pour ça que j’ai eu l’idée de créer une page FB francophone pour tenter de réunir les témoignages de séro+ qui vivent très bien sans les traitements, et en même temps, infiltrer les sites de rencontres gays pour leur partager un dossier de liens dissidents que j’ai crée, qui résument mes 3 années de recherches. Le but c’est de les faire réfléchir au lieu de croire tout ce que les médias et les médecins leur disent. En une semaine seulement, j’ai déjà envoyé près d’une 20ène de mon dossiers dissidents. Si vous voulez vous joindre à moi, principalement du coté anglophone, une langue malheureusement que je ne maitrise pas encore assez bien pour intervenir sur ce genre de site, vous êtes les bienvenue. Il faut apporter la vérité, là où les gens les plus concernés par cette imposture se retrouvent, et ces sites internets sont justement, un peu comme des saunas virtuels, des lieux de rencontres idéal pour les séro+ et les plus à risques de le devenir.

– Jonathan Beaulieu